Par Didier DONSEZ à Grenoble le mardi 12 novembre 2013

L'Internet des choses (IoT) devient désormais une réalité avec la disponibilité de dispositifs enfouis communicants (étiquettes RFID, capteurs sans fil, téléphonie mobile …) de faible coût. L'Internet des choses offre aux entreprises de nouvelles opportunités de modèles économiques (ie pay as you use), d’amélioration de la qualité du service rendu à leurs clients (particuliers ou entreprises) et de satisfaction de leurs obligations légales ou contractuelles. Il s’impose comme le nouvel outil d’efficacité (ie just-in-time) et de productivité pour les entreprises et organisations e-agiles. Les services nécessaires sont appelés Machine à Machine (M2M) car ils sont à la convergence des dispositifs enfouis et des systèmes d'information des entreprises via des moyens de communication ubiquitaires. Cependant une grande majorité des services M2M sont actuellement conçus de manière ad-hoc en adressant spécifiquement un domaine sectoriel (santé, énergie, agriculture, distribution, transports, …). Ces services M2M sont généralement incompatibles entre eux et de ce fait, ils ne permettent pas de « croiser » les applications inter-secteurs.
Les intergiciels pour M2M jouent un rôle crucial dans la livraison et l'évolution rapides d'infrastructures matérielles et des suites logicielles flexibles et adaptées aux besoins des entreprises et des organisations, et de leurs clients et de leurs usagers pour l'exploitation de l'Internet des Choses.
Ce 'human talk' présente 3 projets de la fondation Eclipse qui développent des intergiciels et des environnements de développement pour l'IoT, le M2M et le SOHO (Smart Office Home Office).

Commentaires